Tu prends deux nanas, un peu névrosées d’accord, mais plutôt sympas quand même. Tu les mets dans une boîte ; pas besoin de les monter sur ressorts, ça elles ont déjà. Tu ajoutes un violoncelle un accordéon un peu diatonique, un tambourin. Eh, n’oublie pas le piano ! Autour de la boîte, tu mets du bolduc, tu sais, du joli ruban qui brille et qui frisouille. Bon, voilà, tu secoues pas trop merci.

Cette boîte, tu l'offres au public. Et quand il va l'ouvrir, tintintin !... s'il ne savait pas que ces deux nanas étaient rigolotes et tristes, et overbookées, et abonnées aux râteaux et aux emmerdes du quotidien,…… et bien elles vont le lui chanter ! ….

lalaBolduc compose des chansons intimes et engagées.

Ces deux filles débordantes chantent les morsures de la vie et les griffures quotidiennes, les convictions et leur mise en pratique - ou non - elles crachent leurs coups de gueule, ironisent et valsent sur leurs amours... Carole Jacques et Lucile Brisset parlent de leurs vies, de la vie, et leurs paroles font résonner nos douleurs anciennes et nos questionnements quotidiens. En se livrant, elles soulèvent avec délicatesse les voiles de notre intimité.

Elles s'accompagnent de leurs instruments dans une multiplicité de combinaisons et d'atmosphères. Lucile chante, Carole l'accompagne, et vice versa et tout mélangé. Elles nous offrent un panel instrumental et rythmique varié, où les thèmes se croisent, se font des clins d'œil.
Une histoire vraie se tisse entre les deux commères.

D'une durée d'1h40, pour un public plutôt adulte, le spectacle de lalaBolduc offre un vrai moment d'émotions.

 

 

 

 

 

 

 

Le décor, confectionné par Clarisse Morel, est un nid rougissant et palpitant qui fera entendre battre les cœur des deux musiciennes. Il est rouge comme leurs chansons, emmêlé de neurones bleuissants qui compliquent la ligne droite que pourrait être la vie...
De cet enchevêtrement pend un gros cœur rapiécé, gonflé de vie, prêt à prendre son envol ou séchant après un orage. Les taches parsemées dans un camaïeu de rouges évoquent des taches de sang, de boue ou de sauce tomate ?